Pourquoi je suis une Sorcière

par Alex Saunders (sic) avec la collaboration de Paul King in Manchester Comet du 30 juin 1965

 version française Tof

 

« Ecoutez les paroles de la Grande Mère celle que les hommes ont aussi appelée Isis, Diane, Astarté, Kerridwen, Aphrodite, Bride et de bien d'autres noms encore ». C’est ainsi que commence la « Charge » ou le credo des « Enfants Cachés de la Déesse » plus connus sous le nom de sorcières.

Cachées à cause de la grande vague de persécutions qu’elles ont subie durant le moyen-âge. Persécution qui coûta la vie à 9.000.000 d’hommes, de femmes et d’enfants et cela juste en Europe.
Des morts violentes et cruelles car les anciens Dieux qu’elles honoraient étaient considérés comme des diables et des esprits mauvais par les adeptes de la religion qui en comparaison était toute jeune.
Les sorcières, ou « Ceux de la Wica » existent depuis de nombreux siècles. Le culte de la Wica est une véritable religion dont l’origine remonte à la nuit des temps.
Les plus anciens exemples peuvent se trouver dans les fameuses gravures rupestres faites par les hommes préhistoriques sur la terre entière dont celles qui ornent les fameuses grottes du Sud de la France et d’Espagne.
La religion de la Wica est antérieure au Christianisme et n’est pas une séquelle du Christianisme. La pratique des rites et les cérémonies du culte peuvent se retrouver lors de fouilles et dans les vestiges des grandes civilisations du passé où la Déesse Mère était le point central du culte. C’était Kerridwen pour les Britons, Bride pour les Celtes, Isis en Egypte, Astarté à Babylone, Diane chez les Romains etc.

Ancien
Le mot « witch » (ndt : sorcière en Anglais) vient de l’ancien mot saxon « Wica » signifiant « le sage » et la sorcière contrairement à l’idée populaire, n’est pas uniquement une femme, le terme s’applique aussi bien aux hommes qu’aux femmes.
La religion des sorcières, de par son origine antique, est basée sur les lois de la nature. A une époque aussi lointaine, les gens avaient surtout des préoccupations rurales comme la chasse et l’agriculture. Cela vient probablement du fait que « l’Ancienne Religion » comme on l’appelle se trouve plus à la campagne que dans les villes.
Pour faire court, les sorcières croient que dans la nature tout a un côté positif et un côté négatif, c’est pourquoi le Dieu est toujours représenté avec des cornes sur la tête pour représenter les forces de nature viriles et créatrices.
On considère la Déesse comme passive ou négative. C’est la Mère Eternelle, les entrailles de la nature dont jaillit toute vie et où toute vie devra retourner.
La Wica est un culte matriarcal. Les femmes y sont identifiées à la lune et son cycle de vingt-huit jours. Tout comme le pouvoir de la Lune s’accroît et diminue, il en est de même pour le cycle de fertilité de la femme qui elle aussi s’accroît et diminue au long de son cycle de vingt-huit jours.
La Déesse porte sur son front le symbole de la lune. On la connaît aussi comme la Reine du Ciel ce qui est un des titres de la Vierge Marie des Chrétiens.
C’est peut être une des raisons qui explique pourquoi les Chrétiens qui viennent à la Wica trouvent facile d’honorer la Déesse des Sorcières. Ils ne sont pas tenus de rompre leurs liens avec l’Eglise Chrétienne. S’ils le désirent ils peuvent assister à la messe chrétienne, ils sont tout à fait libres d’agir de la sorte.
Au moyen age, avant que la sorcellerie ne devienne un crime, les membres des Covens se rendaient le dimanche et lors des jours de fêtes à l’église paroissiale. Souvent le prêtre de la paroisse prenait part aux rites du coven et le seigneur du manoir se chargeait de la fête et lui et les membres de sa famille assistaient aux rituels.

Mystères
De nos jours la sorcellerie n’est plus illégale et les lois qui la condamnaient ont été abrogées au début des années 1950. Malheureusement dans le passé il y avait un grand besoin de secret. On a donc inventé de nombreuses histoires à son sujet. A cause du mystère et à cause de ces histoires les gens en sont venus à considérer la sorcellerie comme quelque chose de mal qu’il faudrait craindre.
Même à notre époque d’illumination on parle encore de choses telles que des orgies sexuelles, de vaudou, du satanisme, de magie noire et de toutes les formes de perversions qu’on puisse imaginer. Cette croyance est encouragée par les leaders des différentes religions.
En fait, la sorcière ne fait pas plus que de se charger de la fonction octroyée à un prêtre ou un rabbin lorsqu’il est investi du pouvoir et de l’autorité lors de son ordination.
Voilà ce que font et croient les « méchantes » sorcières. Fondamentalement ce n’est pas très différent de la Chrétienté qui prêche « l’amour pour tous les hommes ».
Nous croyons que ceux qui ont été touchés par la Déesse ont reçu le cadeau de la vie et sont bénis par la vie dans toute sa richesse.
 


 

 

 

 

Retour