Le Reportage de la Sorcière
par Barry Ward in News of the World du 19 septembre 1976

 version française Tof

 



Nous dénonçons le Satanisme, la magie noire et les orgies sexuelles dans les banlieues respectables de Grande Bretagne.

Une équipe de News of the World a découvert un réseau de Satanisme, de magie noire et d’orgies dans les banlieues respectables de Grande Bretagne. Et des sorcières affirment que des covens secrets existent dans toutes les grandes villes du pays.
De l’extérieur, cet immeuble à trois étages dans Aristotle road à Clapham dans le Sud londonien, semble tout à fait ordinaire. Mais à l’intérieur un couple de jeunes mariés conduit des rites étranges et des cérémonies où l’on est nu.
Tous les jours, Grenville Russell-Gough, 27 ans, quitte son appartement pour aller travailler comme électricien au métro de Londres. Chaque nuit il retourne chez sa femme Celia, 23 ans, et ensemble ils endossent le rôle de sorcières. Deux journalistes les ont appelés et furent invités dans leur appartement. Dans le vestibule une bougie se consumait sur un petit autel.
Russell-Gough qui préfère qu’on l’appelle Rusty a dit : « Je change l’huile chaque jour lorsque je rentre du travail.
Celia portait une longe robe écarlate.
Elle a dit qu’elle était la grande prêtresse. Puis se tournant vers Rusty, en T-shirt et pantalon sombre, elle a dit : « Je dirige le coven. J’ai le dernier mot. »
Celia a dit : « Nous pratiquons nus.
Etes-vous gênés par la nudité ? Il n’y a rien de mieux que de courir en cercle autour d’un feu de joie au milieu d’une forêt avec rien sur le dos. Vous vous sentez plus propre que si vous sortiez juste du bain.
Lorsque nous enlevons nos vêtements, nous sommes tous égaux.
Prenez mon cas personnel, lorsque j’ai été initiée je n’avais encore jamais vu un homme nu.
J’avais les yeux bandés et la première chose que j’ai vue lorsqu’on m’a enlevé le bandeau ce fut ce très grand homme nu.
J’étais tellement gênée. Mais après environ 30 secondes, j’avais l’impression que cela avait toujours été comme cela.
Je pense que vous n’avez jamais vu un bébé venir au monde tout habillé ?
L’initiation représente la renaissance. C’est naturel. »
Depuis que leur coven a été formé il y a deux ans, Celia et Rusty ont pratiqué huit initiations au premier degré et une au second.
« A chaque fois l’initié était nu » a dit Celia.
« Lors de la première initiation on bande les yeux de la personne et ses mains sont attachées. Elle fait un serment et est flagellée doucement.
Cela symbolise la purification. Cela ne fait pas mal du tout et ne laisse pas de marques. »
Lors de la cérémonie du deuxième degré l’initié est à nouveau flagellé avec un fouet. Puis on lui applique de l’huile sur la poitrine puis du vin rouge.
Puis l’initié fait le serment de ne jamais divulguer les plus grands secrets du coven » dit Celia.
« Pour le moment aucun membre n’est apte à recevoir le troisième degré, le « Grand Rite » qui implique souvent une relation sexuelle.
Mais » ajoute-t-elle, « lorsque le moment est venu, il n’est pratiqué que par un couple marié ou d’amants.
Tout le monde quitte le temple et c’est le couple qui décide seul s’ils feront ou non l’amour.
On ne leur met pas la pression et ensuite on ne leur posera aucune question.
Celia a dit qu’elle a reçu le troisième degré de « façon symbolique » ce qui signifie qu’il n’y a pas eu de relation sexuelle.
J’étais couchée dans le temple avec un voile qui couvrait mon corps nu » a-t-elle dit.
« Puis le Grand Prêtre s’est agenouillé entre mes jambes, m’a embrassée sur les lèvres et a dit ‘Soit bénie’.
Puis je suis devenue la Grande Prêtresse. »
Rusty a rajouté : « Les voisins savent que nous sommes des sorcières. Ils ne se mêlent pas de ce que nous faisons.
Dans la sorcellerie vous apprenez à être discret. Vous savez à qui parler et à qui ne rien dire ».
De nombreuses personnes sont attirées par la sorcellerie dans l’espoir d’avoir des relations sexuelles à bon compte.
« Mais ça ne marche pas comme ça, » a dit David Farrant, 30 ans, un Grand Prêtre de Highgate.
Il pratique dans une maison abandonnée de Crescent Road à Highgate où il se vante d’avoir lui-même initié sexuellement sept demoiselles.
« Pour nous, le sexe est considéré comme un acte sacré » dit-il.
« Nous avons sans cesse des femmes qui toquent à notre porte et demandent à faire partie de notre groupe. Mais je dois les renvoyer. Nous n’acceptons que les vrais croyants. »
Les initiés du coven de Farrant doivent aussi subir trois épreuves avant de devenir Grand Prêtre ou Grande Prêtresse.
Dans son coven, le dernier des trois degrés, le Grand Rite, implique presque toujours une relation sexuelle entre l’initié et le responsable du coven.
Farrant dit que cela a parfois lieu devant le reste du coven mais le plus souvent cela se passe en privé.
Grand et mince, Farrant a été condamné à quatre ans de prison en 1974 pour avoir profané une tombe du cimetière de Highgate, dérangé un corps et envoyé des poupées vaudous par la poste.
Il a été libéré sur parole après deux ans et demi d’incarcération.
Il maintient qu’il était innocent et fait tout ce qu’il peut pour le prouver.
Il a parlé des trois degrés de la sorcellerie.
« Le premier » a-t-il dit « c’est la véritable initiation dans le coven ».
La cérémonie se pratique entre le Grand Prêtre et une initiée et entre la Grande Prêtresse et un initié.
La demoiselle qu’on initie est conduite dans le cercle des membres, elle a les mains attachées dans le dos avec une corde blanche. Elle s’agenouille et ses genoux et chevilles sont liés.
Sa robe lui est enlevée. On pose ensuite à la demoiselle différentes questions, elle fait un serment et des promesses dont celle de ne pas révéler les secrets qu’elle va apprendre.
Farrant dit : « Elle est ensuite ointe symboliquement sur le front, les seins et l’aine. »
Le second degré est généralement accordé un an plus tard.
« Dans notre coven » dit Farrant, « c’est intégré magiquement. Son but est d’initier des gens dans les mystères magiques. Cela implique d’apprendre des techniques magiques.
Lorsque le sexe est utilisé comme ingrédient de la magie et que cela se fait comme il se doit, alors le potentiel est illimité.
Lorsqu’il est bien formé, un initié peut par exemple prolonger l’orgasme pendant plusieurs minutes, quelque chose qui n’est pas possible sans l’utilisation de la magie.
Un grand prêtre est obligé d’enseigner aux siens l’art de la magie sexuelle et de les guider lors de toute expérience sexuelle.
Lors de la première initiation les vêtements et les chandelles sont blancs. Lors de la seconde ils sont rouges et lors de la troisième ils sont pourpres.
« Les filles sont parfois initiées sexuellement lors du second degré » a dit Farrant.
Le troisième degré, le Grand Rite, implique l’initiation d’un Grand Prêtre ou d’une Grande Prêtresse.
Dans le coven de Farrant le Grand Rite est pratiqué « environ 14 fois par an.
Tous les membres du coven sont rassemblés pour ce grand évènement » dit Farrant.
« Chacun dans le coven a symboliquement transféré son pouvoir pour aider le nouvel initié.
Il le fait en embrassant symboliquement toutes les parties du corps de la demoiselle en signe de l’allégeance qu’il lui prête.
Cela s’appelle le ‘Quintuple Baiser’.
Il est vrai que lors de la troisième initiation le sexe prend une certaine part. C’est l’union symbolique entre l’homme et la femme.
Pour nous il ne faut pas en avoir honte ».

Le leader d’un groupe appelé Les Satanistes, Ramon Shareth dirige le Temple du Pentacle Noir dans une petite maison mitoyenne à Fallsworth près de Manchester.
Il ne pense pas beaucoup de bien des sorcières.
« Nous les considérons comme étant d’un niveau inférieur » dit-il « après tout, la plupart d’entre elles ne sont que des occultistes du dimanche.
Elles ne vont dans ces coven que pour un peu de sexe et de picole.
Pour nous, c’est notre religion sept jours par semaine, pas uniquement deux heures par semaine ».
Pauline Lewis, 30 ans une ancienne étudiante dans un établissement d’enseignement secondaire de Rochester nous a raconté comment elle a été initiée au Satanisme.
« Je me souviens que j’étais très nerveuse. Lorsque je suis arrivée au temple je suis allée dans le living room, j’ai enlevé tous mes vêtements et j’ai enfilé un vêtement noir avec une ceinture d’argent.
Puis je suis entrée dans le temple. Dix autres membres portant des vêtements noirs se tenaient en demi-cercle autour de l’autel.
On m’a conduit dans le cercle. Je me suis agenouillée et j’ai dit une prière. Puis, lorsque j’ai terminé la prêtresse s’est avancée calmement et a fait glisser le vêtement de mes épaules.
Ramon, comme prêtre célébrant m’a ensuite ointe avec de l’huile sacrée sur le front, le cœur et les mains pour représenter l’Esprit, l’Amour et l’Habileté.
Lorsque ce fut terminé les membres du temple se sont retournés et s’en sont allés. J’étais seule avec Ramon.
Il a sorti un matelas de sous l’autel et il l’a posé par terre.
Nous avons fait l’amour pendant vingt minutes. Tout était minuté à la seconde près par une petite lumière qui dessinait des ombres sur les murs du temple.
Lorsque la lumière s’est éteinte nous avons aussi cessé de faire l’amour. C’était un rituel magnifique, pas du tout sordide, en aucune façon ».
Lorsqu’on lui a demandé si ce n’était pas juste une excuse pour s’envoyer en l’air, Shareth s’est fâchée.
« Les gens qui disent cela » a-t-il dit « se trompent totalement. Cela n’a aucun sens de préparer un rituel pendant sept jours juste pour tirer un coup alors que vous pouvez arriver au même résultat pour un demi de bière.
Pensez au coût du rituel. Il y a les vêtements, les bougies, la lumière, le chauffage, le vin, l’encens et la nourriture.
Les clubs échangistes coûtent moins cher que ça. Tout ce qu’il vous faut c’est une clef de voiture à jeter par terre et une bouteille de vin.
Nous croyons que l’énergie que nous utilisons de la sorte est libérée pour aider d’autres personnes.
Ramon et son épouse Tanith disent qu’ils ont tous deux initié des membres.
« Mais cela ne me dérange pas » a dit Tanith « et je suis certaine que mon époux pense de même.
En fait je pense que cela a aidé notre couple. Cela a fait cesser toute jalousie et nous a donné une meilleure compréhension l’un de l’autre.
Le travail dans le temple et notre vie maritale sont deux choses totalement différentes.
Charles Pace qui se définit lui-même comme un Maître Sataniste nous a parlé des 50 orgies sorcières auxquelles il dit avoir assisté.
La dernière s’est déroulée il y a dix semaines dans une grande maison de Lymington près de Bournemouth.
« Nous nous sommes tous déshabillés les uns devant les autres, nous avons reçu des vêtements et le rituel a débuté.
Il y avait 20 sorcières des deux sexes sur place. Certaines étaient des jeunes filles.
A cause de ma position de Maître Sataniste, je ne pouvais pas participer mais j’ai vu les couples s’envoyer librement en l’air dans le grand living room.
Les relations sexuelles ont eu lieu au son de ‘Je t’Aime’ les couples faisant l’amour devant l’autel où se consumaient quatre bougies noires ».
Il a parlé d’une visite à un temple de sorcellerie à Londres.
C’était à la veille du premier jour de Mai. L’information avait circulé et il y avait au moins 40 personnes venues de tout le pays.
Il y avait un médecin, un inspecteur de police et quelques jeunes mannequins.
Mais ce que certains ne savaient pas c’est que c’était la Nuit de tous les Démons – le grand Sabbat, une jeune vierge devait être été initiée dans le coven.
Elle n’avait que 21 ans, de magnifiques cheveux sombres et un visage époustouflant.
La demoiselle fut conduite dans le cercle. Elle portait une robe transparente. Elle est arrivée dans le temple les yeux bandés conduite par un servant jusqu’à l’autel.
Elle a été déshabillée et étendue sur l’autel bras et jambes écartés. Le Grand Prêtre a pris le calice qui était à moitié rempli de vin rouge, il y a émietté du pain et a versé le tout par terre.
Puis en se tournant vers l’autel il a invoqué Satan et a violé la jeune femme alors que 40 d’entre nous le regardaient faire.
Ensuite tout le groupe s’est adonné à une orgie sexuelle.
Tout le monde faisait l’amour ».
Pace âgé de 57 ans a aussi parlé de prise de drogues lors de réunions de coven – surtout de la mescaline.
« Dans nos cercles, on parle d’Emporter le Caillou, ce qui signifie en fait débarrasser les gens de leurs inhibitions et frustrations.
Mais j’ai vu des très jeunes gens complètement défoncés.
Un jeune homme pensait pouvoir s’envoler en passant par la fenêtre, il croyait qu’il était Dieu.
Il est devenu complètement fou furieux lors d’une autre réunion. Il a brisé des choses et a pris un couteau sur l’autel dans l’intention de se poignarder et nous a montré comme le sang coulait.
Sept d’entre nous l’avons attrapé et nous lui avons versé une solution saline dans la gorge.
Il a terrorisé le coven et pourtant lui ne se souvenait plus de rien ».
Pace qui vit à Barrow Road du côté de Streetham à Londres. Il a ajouté :
« J’ai vu des gens qui autrefois étaient pleins de vie transformés en monstres sous l’effet de la drogue ».
Pace a ajouté tristement en secouant la tête : « les naïfs, les jeunes et ceux qui cherchent du frisson à peu de frais empruntent la route que j’ai prise moi-même pour la première fois il y a 40 ans. Je ne peux que leur dire que c’est un chemin qui ne mène qu’à un grand malheur ». Puis il s’en est retourné seul dans sa chambre meublée.
 

 

 

 

Retour